Des feuilles d'or pour penser : l'art de Kintsugi

Transformer les erreurs en opportunités : c'est ce que nous enseigne le Kintsugi (littéralement « kin » = or + « tsugi » = réunification), un art japonais ancien qui utilise des feuilles et de la poussière d'or et d'argent pour réassembler les fragments d'un objet en céramique brisé.

Des feuilles d'or pour penser : l'art de Kintsugi

Née au XVe siècle, cette technique simple, ingénieuse et extraordinairement poétique repose sur le principe qu'une blessure ou un dommage peut également être interprété comme une opportunité de changement et d'amélioration.

Avec le Kintsugi, les pièces sont réassemblées en appliquant une feuille d'or 24kt sur la surface d'une colle, traditionnellement de la laque urushi, qui est obtenue depuis des milliers d'années à partir de la résine des arbres. Chaque céramique réparée avec de fines et précieuses feuilles d'or est une véritable pièce unique, conçue par les lignes toujours changeantes des fractures et l'amour avec lequel elles sont guéries. Les objets acquièrent ainsi une nouvelle vie et une valeur inestimable, tout comme l'expérience de vie de chacun d'entre nous.

LE PRODIGE DE LA FEUILLE D'OR EN POUSSIÈRE

Selon la tradition, la technique du Kintugi a été inventée par Ashikaga Yoshimasa, le huitième shogun du shogunat Ashikaga, après qu'il ait cassé sa tasse de thé préférée. Consterné, il l'avait envoyée en Chine pour la faire réparer, mais les fixations en métal brut avec lesquelles elle avait été remontée le laissaient décidément insatisfait.

Il décida alors de le confier à des artisans japonais qui eurent l'idée surprenante de réparer cet objet céramique de grande valeur sentimentale avec de la poussière d'or, le transformant ainsi en un chef-d'œuvre extraordinairement précieux.

À partir de ce moment, les admirateurs de cette technique se sont multipliés. Le succès de l'œuvre est dû autant à la qualité esthétique du résultat qu'à sa signification profonde, pourtant si facile à comprendre pour tous. Réparer un objet en y consacrant du temps et de l'attention et utiliser quelque chose d'aussi précieux que la feuille d'or pur nous enseigne l'art de la résilience. Cette technique ancienne et très actuelle nous explique qu'un événement traumatique, une expérience douloureuse ou une erreur ne marque pas la fin d'un chemin, mais une invitation à trouver une nouvelle façon de le parcourir et nous rappelle que nos blessures peuvent devenir les fils précieux avec lesquels réécrire notre histoire. Avec sa poussière d'or, le Kintsugi nous apprend donc à réagir positivement à l'adversité en la considérant comme une occasion de donner une plus grande valeur à notre vie.

Vanity Fair a récemment raconté l'histoire d'une jeune femme florentine, Gioia Di Biagio, atteinte depuis sa naissance d'une maladie rare qui rend sa peau très fragile. Gioia a transformé le Kinstugi en un remède métaphorique pour sa fragilité. Les images de son visage avec les blessures dessinées à l'or sont devenues une exposition photographique, une performance théâtrale (« Io Mi Oro ») et un livre autobiographique émouvant (« Come oro nelle crepe. Così ho imparato a rendere preziose le mie cicatrici »), Éd. Mondadori).

Poussière d'or pour les cosmétiques
@ Credit: Ilaria Di Biagio

FEUILLE D'OR D’AUTEUR

L'art du Kintsugi est lent : réparer un objet avec de la résine et de la feuille d'or broyée en poudre nécessite de nombreuses étapes d'application et de séchage qui peuvent durer jusqu'à un mois entier. Ceci, ajouté à la préciosité de la poussière d'or pur, explique pourquoi les objets fabriqués avec cette technique peuvent aussi être extrêmement chers et sont proposés sur le marché comme de véritables pièces d'artiste.

Feuille d'or

Parmi les déclinaisons POP et abordables de Kintsugi, il convient de mentionner celle de la célèbre marque de design Seletti, qui propose une table entière sertie de poussière de céramique et d'or qui réinterprète l'ancienne technique japonaise de manière contemporaine et ludique.

Réparer quelque chose de cassé avec des feuilles d'or pur cache également un message extraordinairement actuel lié à la durabilité de la consommation : il nous invite à éviter consciemment la tentation de nous laisser aller à la logique consumériste du jetable et à donner une valeur aux choses que nous avons, en imaginant de nouveaux usages pour celles-ci au lieu de les jeter. Si vous souhaitez vous essayer à cet art, voici une description détaillée de toutes les étapes du rituel du Kintusgi et voici la poussière d'or Manetti parfaite pour cette application.

Poussière d'or pour les cosmétiques